Le Vadrouilleur et 1% pour la planète

Publié le : 25/06/2017 07:25:19
Catégories : lifestyle

Donner 1% de son chiffre d’affaires à des associations environnementales, c’est le concept de « 1% for the planet ». Rencontre avec Isabelle Susini, représentante en France de ce mouvement philanthropique auquel Le Vadrouilleur a décidé d’adhérer.

 

Comment est né « 1% for the planet » ?

C’est en 2002 que deux copains de pêche à la mouche, Yvon Chouinard, fondateur de Patagonia inc. et Craig Matthews, propriétaire de Blue Ribbon Flies, ont créé ce concept. Déjà actifs chacun de leur côté dans la défense de l’environnement, ils ont alors l’idée d’unir leurs forces afin de créer le premier label international d’entreprises philanthropes dans l’environnement.

Yvon Chouinard avait en effet constaté que donner 1% du chiffre d’affaires de Patagonia ne mettait pas en péril son activité, qui connaissait une forte croissance. C’est pour cette raison que ce pourcentage de 1% a été retenu par les deux amis : 1% est un chiffre facile à mémoriser, qui de prime abord peut sembler faible, mais qui représente des montants très importants, puisque nous parlons d’un pourcentage de chiffre d’affaires et non de bénéfice.

Le mouvement a rapidement pris de l’essor et ce sont maintenant 1 200 entreprises issues de 40 pays qui adhèrent au réseau et reversent chaque année 1% de leur chiffre d’affaires à plus de 3 500 organismes à but non lucratif. Depuis 2002, plus de 150 millions de dollars ont ainsi été reversés à des ONG socio-environnementales.

 

Quelles sont les conditions pour adhérer à « 1% for the planet » ?

Nous n’exerçons pas de sélection, toute entreprise est libre de rejoindre notre mouvement. Nous ne leur demandons pas de montrer patte blanche sur l’aspect du respect de l’environnement dans leur activité, même si nous serions probablement contre l’adhésion de sociétés notoirement nocives pour l’environnement. Il suffit aux entreprises désireuses de rejoindre notre club de s’engager à reverser directement 1% de leur chiffre d’affaires à des associations socio-environnementales.

C’est une démarche volontaire et nos adhérents ont en commun une manière de voir le business autrement, avec une forte sensibilité à l’environnement et des marques qui ont souvent été à l’origine des standards du commerce responsable. Leurs secteurs d’activité, taille et localisation sont variés.

En France, nous comptons ainsi 81 entreprises labellisées « 1% for the planet », ce qui en fait le réseau le plus important et dynamique après les Etats-Unis. Parmi nos membres, un grand nombre de TPE et PME, à côté de plus grosses sociétés, comme Maisons du Monde, à travers sa gamme « Envie d’Eco », la marque de yaourts bio Vrai, celle de soins cosmétiques Caudalie ou encore la marque d’alimentation bio Jardin Bio (Léa Nature).

 

Quel est votre rôle une fois que les entreprises ont adhéré à « 1% for the planet » ?

« 1% for the planet » joue le rôle d’un facilitateur de flux, qui vérifie que tout est bien sain. Une fois que l’entreprise a adhéré, elle utilise le logo du 1% sur ses produits, packagings et matériels promotionnels pour indiquer clairement son engagement en faveur de causes environnementales. Et elle reverse ensuite directement 1% du chiffre d’affaires issu des produits labellisés aux associations de son choix.

Cela permet aux membres d'avoir leur propre politique de mécénat environnemental et d'y impliquer leurs salariés. Et à notre organisation de garder une structure très légère. Notre rôle se limite à certifier que nos adhérents respectent leur engagement philanthropique à hauteur de 1% du chiffre d'affaires, sur un périmètre bien défini au départ, afin d’assurer la crédibilité du mouvement vis-à-vis des consommateurs, des autres adhérents et de tous ceux qui nous font confiance.

Nous exerçons ce contrôle en récupérant les liasses fiscales et les reçus de dons de nos entreprises adhérentes. Et de l’autre côté de la chaîne, nous vérifions que les associations récipiendaires sont bien légitimes. Pour la France, nous disposons d’une liste de 400 associations agréées susceptibles de recevoir les dons de nos membres.

Quels sont les moyens d’action et de promotion du label « 1% for the planet » ?

Notre structure est très légère, nous faisons le maximum avec un petit budget. Basée à Annecy, je suis la seule représentante du mouvement et je me déplace donc régulièrement sur des évènements locaux pour convaincre des sociétés de devenir mécènes. « 1% for the planet » peut aussi compter sur des partenaires média et des ambassadeurs, que sont Yann Arthus Bertrand, Tristan Lecomte et Samuel Le Bihan pour la France. Enfin, les entreprises adhérentes participent à la promotion de notre mouvement en mettant sur le marché plus de 50 millions de produits labellisés par an.

Comment voyez-vous l’avenir dans le domaine de la protection de l’environnement ?

En ce début d’année, il y a eu une sorte de frénésie post-COP21. Cela a permis de réaliser de très bonnes choses, notamment la création d’un état d’esprit communautaire parmi toutes les parties prenantes. Depuis, même si le microcosme des défenseurs de l’environnement a conservé une bonne dynamique, l’élan est un peu retombé et l’arrière-garde, dont les politiques, ne se mobilise pas assez.

Mais nous ne baissons pas les bras, au contraire : pour preuve, nous organisons les 11 et 12 octobre prochains à Paris, les premières Rencontres Associations Philanthropes de « 1% for the planet » en France. Cet événement, où pourront se rencontrer un panel de mécènes, dont nos entreprises adhérentes et les associations environnementales, devrait permettre de développer les liens entre ces deux univers et de mettre plus d’argent sur la table pour la défense de l’environnement.

Interview réalisée par François-Xavier Chapelle

 

Si vous êtes intéressés par cette initiative, n'hésitez pas à nous contacter ou contacter Isabelle. Ses coordonnées :

Isabelle Susini,

isabelle@onepercentfortheplanet.org

http://onepercentfortheplanet.org/

Encore merci pour vos contributions à cette démarche grâce à vos achats !
Le Vadrouilleur

 

Partager ce contenu